Déplacement du massasauga

Un habitat essentiel à une population menacée de massasaugas, le seul reptile venimeux encore présent en Ontario, sera bientôt coupé par une autoroute à quatre voies. Obtenez plus de détails sur cette espèce.

La région orientale de la baie Georgienne est la plus grande aire du massasauga encore intacte. Par ailleurs, le gouvernement provincial a pour projet d’étendre l’infrastructure routière au nord de Parry Sound jusqu’à la rivière des Français. Ce projet aura un impact sur un important réseau d’aires d’hibernation.

Afin de protéger les serpents qui fréquentent ces aires d’hibernation, nous entreprenons un projet de déplacement pilote avant que la construction de l’autoroute ne soit amorcée. Les serpents sont déplacés durant la période automnale, juste avant l’hibernation. Le clôturage d’une aire d’hibernation simule sa destruction et des pièges entonnoirs sont mis en place. Nous pouvons ainsi capturer et identifier tous les serpents qui entrent dans ces zones et qui en ressortent, l’objectif étant de dresser un portrait exhaustif de la population de massasaugas qui fréquente ces lieux.

Le projet vise aussi à déterminer le degré de fidélité à ces aires d’hibernation ainsi que l’efficacité des interventions de déplacement de serpents vers d’autres aires.

Les résultats issus d’une étude par repérage radio menée sur une période de trois ans démontrent que le taux de survie hivernale des adultes déplacés est élevé. Par ailleurs, l’étude indique également que cette méthode comporte une faible probabilité de réussite à long terme en raison d’un lien solide que les adultes établissent avec leur aire d’hibernation.

Dans une prochaine étape, nous étudierons la possibilité de déplacer les nouveau-nés de cette population afin de déterminer si les jeunes serpents peuvent forger un premier lien avec une aire de déplacement choisie. Les nouveau-nés seront encadrés en captivité pendant plusieurs semaines et seront ensuite relâchés durant la période de retour automnal vers les aires, ce qui augmentera leur chance de survie durant la période de vulnérabilité.

Le projet de déplacement nous permet de déterminer l’efficacité d’une telle intervention et la façon de réduire l’impact qu’entraîne la destruction des habitats essentiels à la survie du massasauga dans la partie orientale de la baie Georgienne. Les techniques ainsi mises au point pourront être utilisées pour protéger ou réintroduire le massasauga dans d’autres régions.

Les gens
La première étude a été réalisée par Ron Blackentre 2013 et 2015. Ron a maintenant réintégré son poste de biologiste de la faune au ministère des Richesses naturelles et des Forêts, au bureau du district de Parry Sound.

 

Ce projet est actuellement dirigé par Michael Colley. Michael détient un baccalauréat en études environnementales de l’Université de Waterloo, un certificat d’études supérieures en rétablissement d’écosystèmes du Collège Niagara et une maîtrise ès sciences de l’Université Laurentienne. Il a œuvré au ministère des Transports de l’Ontario en tant que planificateur adjoint en environnement et à Environnement Canada à titre de technicien de la faune. Plus récemment, dans le cadre de son mémoire de maîtrise, Michael s’est penché sur l’efficacité des écopassages et des clôtures fauniques mis en place dans le Parc provincial Killbear pour réduire le taux de mortalités du massasauga attribuables à la circulation routière.

Comment vous pouvez aider: