Étangs de reproduction expérimentale du crapaud de Fowler

 

Ce projet vise deux espèces phares des milieux humides de la Colombie-Britannique. La grenouille maculée de l’Oregon est l’amphibien le plus à risque de disparition, avec moins de 300 individus reproducteurs à l’état sauvage. Sans intervention, cette espèce va presque certainement disparaître. Par ailleurs, la tortue peinte de l’Ouest est la seule tortue d’étang indigène qui subsiste en Colombie-Britannique, et la population de la côte du Pacifique s’amenuise.

 

 

Au cours des dernières décennies, le roseau phragmite a envahi les milieux humides de l’Amérique du Nord, y compris les marais de Long Point. Ces plantes envahissantes transforment les eaux peu profondes et ouvertes, dans lesquelles les crapauds de Fowler se reproduisent, en maquis de roseaux impénétrables. Les études longitudinales établissent un lien direct entre la prolifération des roseaux et le déclin des populations de crapauds.

Les méthodes déployées récemment pour contrôler et éliminer le phragmite ont un impact limité. Certaines de ces méthodes, telle l’application d’herbicides, peuvent produire des effets délétères sur la faune, surtout les amphibiens. C’est pourquoi Conservation de la faune au Canada soutient actuellement la recherche menée par l’Université McGill pour trouver une solution novatrice : la mise en place d’étangs de reproduction.

Entre 2013 et 2014, 11 étangs ont été creusés à Long Point. Chaque étang de reproduction est entouré d’une clôture pour en protéger le contenu contre les prédateurs.

Le projet de l’Université McGill porte sur l’optimisation des conditions de croissance et de survie de l’espèce et vise à déterminer si les crapauds peuvent trouver ces étangs et s’y reproduire. L’équipe responsable de l’initiative a aussi utilisé les étangs pour conserver les masses d’œufs pondus dans des flaques d’eau temporaires. Celles-ci se forment naturellement sur les plages de Long Point mais s’assèchent avant que les têtards ne se métamorphosent.

Une fois les têtards métamorphosés en jeunes crapauds, les juvéniles sont photographiés et classés à l’aide d’un logiciel de reconnaissance d’images qui identifie les individus selon le schéma de leurs marques. La clôture est ensuite retirée et les jeunes crapauds sont introduits dans la nature. Les individus font l’objet d’un suivi dans le cadre de futures études pour déterminer leur taux de survie et d’expansion.

La cueillette de masses d’œufs non viables dans des flaques d’eau le long des plages et leur déplacement vers les étangs de reproduction a donné d’excellents résultats. Environ 30 pour cent des têtards se rendent à l’étape de la métamorphose, comparativement au taux de survie usuel de seulement huit pour cent dans des conditions naturelles, et zéro pour cent dans des flaques d’eau temporaires sur les plages.
En 2014, tous les crapauds de Fowler nés dans la zone d’étude provenaient de l’une des trois grappes d’œufs retirées des flaques d’eau et élevées dans les étangs. Des mesures de surveillance intensive n’ont révélé aucun autre site de reproduction ou aucune autre masse d’œufs. En 2015, des crapauds de Fowler se sont reproduits pour la première fois dans les étangs.

Grâce à ce projet qui œuvre à augmenter le nombre de petits crapauds introduits dans l’environnement de Long Point, les chances de survie de cette espèce en voie de disparition sont améliorées. De plus, les techniques mises au point dans ces étangs peuvent être utilisées ailleurs et favoriser la sauvegarde des populations locales d’amphibiens envahies par le phragmite.

David M. Green. 2016.  Amphibian breeding phenology trends under climate change: predicting the past to forecast the future. Global Change Biology, 2016; DOI: 10.1111/gcb.13390

Middleton, J., and D.M. Green. 2015. Adult Age-Structure Variability in an Amphibian in Relation to Population Decline. Herpetologica September 2015, Vol. 71, No. 3: pp. 190-195. DOI: http://dx.doi.org/10.1655/HERPETOLOGICA-D-14-00074

David Green, professeur à l’Université McGill et directeur du Musée Redpath, est le chercheur principal de ce projet. David est une sommité internationale dans le domaine de la biologie des amphibiens et de la conservation des espèces en voie de disparition au Canada.

Pendant 14 ans, David a coprésidé le sous-comité sur les amphibiens et les reptiles du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a participé à la mise sur pied de mesures de protection et de politiques fédérales canadiennes concernant les espèces en voie de disparition. Il a également été le premier à présider le groupe de travail sur le déclin des populations d’amphibiens au Canada (DAPCAN), dont il a publié un rapport exhaustif intitulé Amphibians in Decline. Il est également l’auteur de plus de 130 publications et chapitres de livre référencés.
C’est dans le cadre de son doctorat que David s’est penché pour la première fois sur le crapaud de Fowler. Il étudie cette espèce depuis maintenant 25 ans.

Soutenu par:

  • La Fondation Helen McCrae Peacock à la Fondation de Toronto
  • La Fondation caritative John et Pat McCutcheon