Vulpes velox
Statut de l’espèce : espèce en voie de disparition au Canada
Mesures nécessaires : réintroduction (terminée)

Le travail de Wildlife Preservation Canada avec le renard véloce a commencé au milieu des années 1990, lorsque nous avons aidé à établir une petite population autonome dans le sud de l’Alberta et de la Saskatchewan. Quatre ans plus tard, ces renards réintroduits avait triplé leurs nombres, faisant de cette réintroduction un des programmes de réintroduction d’une espèce en voie de disparition les plus réussis au monde.

Aperçu
Plus petit que le chat domestique type, le renard véloce est un des plus petits renards au monde. Il pèse seulement 2,5 kilogrammes et mesure environ 30 centimètres au niveau des épaules. Il tient son nom de sa rapidité et peut atteindre une vitesse de 60 kilomètres à l’heure, ce qui représente un grand avantage pour échapper aux prédateurs! Cet animal nocturne n’est pas difficile, il mange de tout, y compris des insectes, de l’herbe, des reptiles et des carcasses de petits mammifères. Le renard véloce forme une union monogame durable avec un mâle (ou une femelle, selon le cas) et ce sont les mâles et les femelles qui élèvent leurs petits.

Habitat
Le renard véloce passe plus de temps sous terre que toutes les autres espèces de la famille des chiens, ce qui rend sa tanière très importante à sa survie. On le trouve souvent dans les terriers de blaireaux abandonnés. Au-dessus du sol, le renard véloce préfère la prairie qui offre des vues dégagées.

Aire de répartition
Le renard véloce se trouvait auparavant dans la prairie du Manitoba jusqu’aux contreforts de l’Alberta et au sud dans les états des plaines centrales jusqu’au Mexique. Cependant, il est maintenant en voie de disparition dans 90 % de sa répartition historique. Au Canada, il est disparu à l’état sauvage dans les années 1930 mais grâce aux réintroductions, il y a maintenant quelques centaines de renards véloces dans le sud de l’Alberta et la Saskatchewan.

Menaces
Au début du 20ème siècle, la perte d’habitat a ravagé la population canadienne. Les principaux coupables étaient l’agriculture et l’élevage en ranch. Le renard véloce a aussi fait face au trappage intensif et l’empoisonnement commis par inadvertance à la suite d’efforts pour tuer les chiens de prairie, les écureuils terrestres, les loups et les coyotes. Aujourd’hui le renard véloce doit toujours faire face à la fragmentation d’habitat et l’empoisonnement, ainsi que la prédation par les coyotes, les blaireaux et les aigles. Pendant ce temps, les populations de chiens de prairie et d’écureuils terrestres dont ils se nourrissent diminuent.

Actions recommandées pour le rétablissement de l’espèce
La stratégie nationale de rétablissement du renard véloce comprend la conservation d’habitat, la protection des sites où se trouvent les tanières et la détermination à savoir si davantage de réintroductions ou de déplacements sont nécessaires. Il faudrait également enquêter sur l’impact de la compétition de la part des renards roux.

Ce que nous faisons
Découvrez ce qu’a fait Conservation de la faune au Canada pour aider à sauver des mammifères canadiens, y compris le renard véloce et comment vous pouvez faire la différence.

Renseignements supplémentaires
Profil d’espèce en péril fédéral : le renard véloce
Plan de rétablissement du renard véloce en Alberta